On a testé pour vous : la balade de Pont-Coblant

L'équipe de l'office de tourisme "donne de sa personne" pour vous partager de belles expériences en Menez-Hom Atlantique !

Ce mardi 28 juillet 2020, Céline a testé pour vous le PR® n°41 "la balade de Pont-Coblant" (2 heures, 8 km).

5 bonnes raisons de tester ce circuit !

1# Une douce palette de couleurs

Ici c’est le règne du vert, dans la variété de ses tons, du clair au foncé. On apprécie aussi les notes colorées, majoritairement de couleur rose, formées par les fleurs à notre droite du chemin et à proximité des rares habitations et des maisons éclusières. Sur la partie la plus arborée, l’Aulne perd ses reflets et se durcit d’un vert kaki, sur lequel seules se reflètent les nuances vert clair des arbres environnants. Après le canal boisé, le parcours se fait progressivement plus champêtre, entouré de champs cultivés. Avant l’écluse de Coat Pont, on bifurque vers la droite et c’est parti pour la version « Ar Goat » du circuit. Le parcours sillonne des chemins de terre plus escarpés, s’ouvrant sur de beaux panoramas. C’est un peu plus sportif, mais on apprécie ! Au loin, les lignes verticales des éoliennes cassent les rondeurs des paysages alentours. Ça monte… puis ça descend ! L’or des champs moissonnés pare la palette d’une nouvelle couleur. C’est l’été, c’est sûr, comme le confirme aussi la douce chaleur qui nous accompagne – jamais trop forte en Bretagne ! -. On savoure quand même les passages à l’ombre… il fait un peu plus frais, c’est agréable ! Notre cheminement nous conduit dans les sous-bois, au niveau du lieu-dit Pennoc’h, et on slalome un peu, aisément, entre les arbres.

2# Se dépasser (et se faire dépasser ?! on vous explique pourquoi !)

On parcourt ces 8 km sans trop de difficulté, en moins de deux heures, mais avec la satisfaction de l’effort accompli. Le long de l’Aulne canalisée, les promeneurs sont assez nombreux, surtout à vélo, de la balade en famille aux vététistes plus sportifs, en passant par les cyclistes en itinérance… mais ce n’est pas « l’autoroute », la quiétude règne ! On se salue, on se sourit… A pied on se fait doubler par les deux roues, mais la voie est assez large pour chacun des usagers profite du sentier à sa guise. Personnellement, ma petite satisfaction fut de doubler à mi-parcours sur la rive de l’Aulne, un couple de randonneurs au pas cadencé !

3# Sur les pas de l’histoire du Canal de Nantes à Brest et des ardoisières de l’Aulne

Les écluses ponctuent le parcours côté Aulne et suscitent notre curiosité… On a beau être novice en navigation, ces ouvrages d’art forcent l’admiration. On imagine le travail de forçat qu’a dû constituer la construction du canal, et on imagine l’empereur Napoléon III inaugurer, non loin de là, à Port-Launay, la dernière écluse (et on bombe le torse – ou pas !). On s’amuse aussi à débusquer les bornes anciennes qui jalonnent le canal tous les kilomètres. A proximité des écluses, on aime écouter le bruit des chutes d’eau et on s’imagine tester les manœuvres d’éclusage à bord d’une embarcation et se laisser porter par le rythme du canal et se la couler… douce ! Les vestiges des anciennes ardoisières sont également visibles au début du parcours.

Le saviez-vous ? Pont-Coblant a connu une certaine prospérité entre la fin du XIXème siècle et le début du XXème siècle, grâce à la production d’ardoises.

4# Une invitation à la déconnexion

En cette belle journée d’été, l’air chaud semble comme filtré par les arbres et nous parvient par vagues. Le long du canal, en fond sonore, le chant des oiseaux se fait constant, toujours doux, comme empli de gaieté. On se surprend à porter attention au moindre battement d’aile d’un papillon, et apprécier les formes biscornues de certains arbres. Et on goûte avec gourmandise aux mûres des épineux buissons alentours.

 

5# Après l'effort…

Après l’effort, non loin de Pont-Coblant, au bourg de Pleyben, on vous prescrit un réconfort gourmand dans une crêperie et auprès de la chocolaterie Châtillon. Les amateurs de vieilles pierres – et les autres – pourront franchir l’arc triomphal de l’église au cœur du bourg et découvrir l’impressionnant enclos paroissial. Et, si vous en redemandez encore, vous pouvez également tester la version vélo, kayak ou encore paddle, de votre « canal’trip » (voyage) !

N'oubliez pas !

  • De vous équiper de bonnes chaussures
  • De prévoir des vêtements couvrants au niveau des jambes, pour les parties les plus enherbées à la fin du circuit
  • De vous doter d’une carte IGN, d’un topoguide ou de la rando fiche. Le balisage est efficace et les aménagements optimaux, mais un support sera le bienvenu pour vous repérer au niveau des lieux-dits Kernevez-Ty-Virien, Linlouët, ainsi que, sur la fin du circuit, pour vous repérer avant la dernière ferme.
  • D’être vigilants au moment des traversées des départementales, la première au début, au niveau du pont de Gouézec, la dernière au retour vers la base nautique et le camping.

©CL MHA Tourisme